rss logo twitter logo facebook logo logo dailymotion 25px YouTube Logo 25px

Critiques de film Cinéma

'Marius' et 'Fanny' - Critique

843
com_content.article
 
'Marius' et 'Fanny' - Critique4.00 sur 50 basé sur 2 votants.

Marius-et-Fanny-Banner-1280px

Une adaptation fidèle et très humaine du classique de Pagnol !

MARIUS et FANNY, adaptation par Daniel Auteuil des deux premières parties de "La Trilogie marseillaise" de Marcel Pagnol, sont deux films à voir à la suite.
Sachant que certains cinéma le proposerons dans ce format et que nous avons pu voir les deux films l'un après l'autre, notre critique rassemble donc les deux films MARIUS et FANNY.
Marius-Photo-Victoire-Belezy-Raphael-Personnaz-01
Le(s) plus

L'auteur de ces lignes est marseillais, la trilogie de Marcel Pagnol fait donc en quelques sorte partie de mon ADN. On la découvre enfant et de manière régulière jusqu'à la tombe, mais la trilogie n'est pas une histoire marseillaise...
C'est avant tout une tragédie universelle, drame de deux êtres qui s'aimeront toujours mais jamais ensemble, traversé par le thème de la paternité, des liens qui unissent les pères et leurs fils et l'opposition entre ceux du sang et du cœur.

Le génie de Marcel Pagnol c'est de mêler la mécanique implacable du drame avec des moments de comédie par la grâce de cette langue tout autant inventée qu'authentique.
L'adaptation qu'en fait Daniel Auteuil, en gommant quelques termes surannés et en ajoutant quelques scènes de transition, préserve ce qui reste l'atout numéro un des films : le texte de Pagnol.

Le succès d'une telle entreprise repose sur ses interprètes, Daniel Auteuil se réserve le rôle de César où plane encore, même si elle a plus de 80 ans, l'interprétation de Raimu devenu légendaire
Daniel Auteuil colle au texte ne cherchant pas à démarquer le paterfamilias éruptif qu'incarnait Raimu, son approche comme l'a souligné un confrère blogueur est plus maternelle. Daniel Auteuil dans la masterclass qui a suivi la projection souligne que César ayant élevé seul son fils a dû tenir à la fois le rôle du père et de la mère pour Marius, cette approche est une réussite.
Jean-Pierre Daroussin, sans surprise, est excellent en maître Panisse mais il est vrai que cette partition d'honnête homme lui convient parfaitement.
Daniel Auteuil a voulu placer au cœur de son film les jeunes amants choisissant des interprètes dont l'âge est plus en accord avec les personnages que ceux de l'original : Pierre Fresnay avait 34 ans et Orane Demazis 37 ans pas vraiment des perdreaux de l'année !
Ils ont la tache assez ardue de gérer l'accent (nous y reviendront) et un texte dont la rigueur théâtrale empêche un jeu trop naturaliste.
Le jeune Raphaël Personnaz(qui a des faux airs d'Alain Delon jeune)se sort assez bien de ce personnage ombrageux. Victoire Belezy a le mérite de ramener un peu de logique dans l'histoire car j'ai toujours trouvé Demazis laide (Pagnol l'avait choisi car il en était fou amoureux) de ce fait il me semblait logique qu'on puisse vouloir embarquer sur un navire pour la fuir !
Plus sérieusement le jeu de Victoire Belezy gagne en assurance dans Fanny, le deuxième film, et rattrape les quelques défauts que je lui trouve dans Marius.

Marius-Photo-Daniel-Auteuil-Jean-Pierre-Darroussin-Nicolas-Vaude-01Les seconds rôles sont bons, mention spéciale à Marie Anne Chazel excellente en Honorine qui de plus fait un accent marseillais crédible qu'elle maintient même en colère!
L'accent justement a toujours été un point de contention dans les adaptations de Pagnol déjà dans la première adaptation, ceux de Fresnay né à Neuilly sur Seine et d'Orane Demazis née à Oran heurtaient l'oreille.
Mais comme le souligne Daniel Auteuil, l'accent des films est une reconstruction dramatique pas un travail d'imitation et même si certains s'en sortent mieux que d'autre (Auteuil est natif d'Avignon con!), cela ne m'a jamais empêché d'adhérer aux personnages.

La mise en scène d'Auteuil parvient à aérer l'œuvre jouant avec les allées et venue entre un vieux port de Marseille et les rues du Panier où se trouve l'appartement de Fanny et d'Honorine. Les décors sont très réussis (ah les tomettes au sol!) et font revivre un Marseille d'âge d'or tel qu'il vit dans les fantasmes de ses habitants.
Mais la plus grande réussite du point de vue purement cinématographique est le dernier plan de Fanny, lente scène où Marius et César gravissent dans le silence les marches qui mène à la gare de Marseille qui fait si bien ressentir tout le poids de la tragédie qui les unit.
La photographie chaude de Jean-François Robin magnifie le film.
Alexandre Desplat signe une partition de facture classique et donne au film un beau thème intemporel, j'ai apprécié sa musique moins ampoulée que certaines de ses œuvres américaines.

Le(s) moins

Dans la seconde partie de Fanny, je trouve que la mise en scène de Daniel Auteuil se renferme avec le décor moins détaillé de l'appartement de Panisse et les costumes quasi contemporains; Il tombe pour la première fois dans le piège du théâtre filmé.
Autre petit défaut Marius regorge de scènes d'anthologie comme la fameuse partie de cartes, Daniel Auteuil n'a pas voulu se focaliser dessus mais à les traiter comme les autres elles perdent un peu de leur force.

Marius-Photo-Daniel-Auteuil-Raphael-Personnaz-01
Conclusion

Daniel Auteuil réussit son pari d'offrir au public actuel une adaptation fidèle et très humaine du classique de Pagnol.
Approuvé par ce marseillais en tout cas !

8/10.


Marius-et-Fanny-Affiche-NoPopCorn-France

'Marius' et 'Fanny'

Réalisé par: Daniel Auteuil.
Avec: Daniel Auteuil, Raphaël Personnaz, Jean-Pierre Darroussin, Victoire Belezy, Marie-Anne Chazel, Nicolas Vaude et Daniel Russo.
Genre: Comédie dramatique.
Nationalité: Français.
Distributeur: Pathé Distribution.
Durée MARIUS: 1h33min.
Durée FANNY: 1h42min.
Date de sortie simultanée: 10 juillet 2013.

 

Et vous qu'avez-vous pensé des films 'Marius' et 'Fanny' ?

Notez le film et donnez-nous votre avis !

A propos de l'auteur
Patrice Steibel

Co-fondateur "critique vidéo" et Rédacteur critique cinéma/série/script.
Fan vétéran de comics et de Cinéma SF depuis 35 ans (et oui j'ai vu Star Wars au cinéma quand il n'était pas encore l'épisode 4), je vais essayer de transmettre mes avis (un peu) et ma passion (beaucoup) dans les Reviews NoPopCorn.


 

Scroll to top